ville de La Frette sur Seine
Lundi 21 Août 2017
   Nous Contacter Plan du site
    
  Notre ville
> Accueil  > Actualités  > Evénement  > Archives
 Le Samedi 21 Janvier 2012 - Voeux du Maire et du Conseil Municipal     Pour imprimer le texte
  Salle Albert Marquet - 11 h 30
 

Mesdames et messieurs, chers amis,

Alors que nous venons de perdre notre triple A, l’année 2012 s’annonce encore une année à hauts risques.
Pourtant, nous ne sommes certainement pas les plus mal lotis. Depuis 1980, le revenu des Français a bondi de 50 % et nous avons gagné 5 ans d’espérance de vie. Et c’est sans doute avec raison que Denis Tillinac parle du « bonheur d’être français ».

En tout cas, dans cette période économique et sociale délicate, la municipalité est aux côtés des Frettois pour les aider dans leur vie quotidienne, pour garantir autant que possible leur sécurité et pour préserver leur environnement. C’est depuis toujours le fil rouge de notre action et cela le restera en 2012. J’y reviendrai dans un instant.

Alors que nous avons franchi le cap de la mi-mandat, la municipalité a déjà réalisé une très large partie de son programme. En 2012, elle poursuivra sa mise en œuvre avec la même détermination, en restant au plus près des préoccupations des Frettois.

Le contrat régional, signé en 2008, constitue bien sûr un axe central de notre action. Certains, à l’époque, avaient émis des doutes sur son exécution. On voit ce qu’il en est ! La première opération est achevée : elle concernait la rénovation complète de cette salle Albert Marquet et de l’espace Robert Béthune. Elle s’est déroulée en trois phases successives : 2009, 2010 et 2011 (pour assurer la continuité des activités). Le montant total des travaux s’est élevé à 2 200 000 euros.
La seconde opération est en cours. Il s’agit de la réhabilitation, totale également, de notre église Saint-Nicolas. Toutes les façades (y compris celles du presbytère) et l’intérieur de l’église seront restaurés. Et le clocher (cerise sur le gâteau ! si j’ose dire) va retrouver son aspect du XIX° siècle avec ses jupes (et non ses abat-sons) malencontreusement disparus lors de la rénovation de 1969.

Remontant le temps, nous avions souhaité qu’il puisse retrouver son aspect médiéval, mais nous nous sommes heurtés à l’opposition irréductible de l’architecte des bâtiments de France ! Les travaux seront achevés dans les tous prochains mois. Ils s’élèveront à 435 000 €. Ultérieurement, nous envisageons d’embellir encore davantage notre église avec de nouveaux vitraux.

L’aménagement de ce que nous appelons « l’espace identitaire » va démarrer cette année pour s’achever en 2013. Au cœur du vieux village, cet espace s’étend du chevet de l’église à la rue de la Gare. C’est la troisième opération du contrat régional. Elle devrait être subventionnée à 80 % et elle est absolument indispensable, compte tenu de l’état actuel de cette zone qui s’est la plus dégradée des bords de Seine : le parking devant le parvis de l’église ressemble à un champ de mines ! Le marché pour le choix de la maîtrise d’œuvre vient d’être passé.

Un autre dossier majeur pour notre commune, c’est bien sûr le plan local d’urbanisme, dont la procédure d’élaboration devrait s’achever cette année après une étude très approfondie et une large concertation. Nous avons franchi les différentes étapes depuis le diagnostic jusqu’à la rédaction du règlement en passant par le débat sur le PADD (le plan d’aménagement et de développement durable).

L’objectif est clair : il s’agit de garder le caractère « villageois » et résidentiel de la Frette qui entend rester une commune à échelle humaine, à 20 minutes de Paris Saint-Lazare. Je rappelle que nous sommes 4 600 habitants au dernier recensement.
Dans le même temps, il s’agit aussi de répondre aux besoins nouveaux de la population et de favoriser la mixité sociale, sans que l’on puisse atteindre (chacun le sait bien) les objectifs fixés, de façon technocratique et sans tenir aucun compte des réalités du terrain, par l’article 55 de la loi SRU de décembre 2000. Pour manifester notre bonne volonté, nous avons signé un contrat de mixité sociale avec l’Etat et une convention avec l’établissement public foncier du Val d’Oise.

Après la belle opération de la résidence Saint-Nicolas (à deux pas d’ici), ce sont les 17 logements de l’immeuble de la place de la Gare qui vont être livrés début mai, avec deux surfaces commerciales au rez-de-chaussée (la Société Générale s’installera dans l’une d’entre elles). Le projet du 108 rue d’Argenteuil doit être prochainement finalisé. Dans le respect des pavillons voisins, il permettra de réaliser entre 25 et 30 logements.

Quelques autres zones d’aménagement ont été définies dans le cadre de l’étude du PLU : la réserve foncière de Calmette, les terrains de la Mardelle en limite de Cormeilles et, enfin, ceux qui sont en friche sur les bords de Seine, au-delà de notre base de loisirs René Chollet.

La municipalité a donc la ferme volonté de défendre un site exceptionnel et le cadre de vie des Frettois, elle entend aussi répondre à leurs besoins, notamment en développant le dynamisme commercial et l’attractivité du centre gare. Dans le cadre d’un projet global, plusieurs éléments concourent au renouveau de notre cœur de ville :

- il y a d’abord la réhabilitation de notre gare. Elle est en cours d’achèvement. Nous nous sommes battus auprès des responsables de la SNCF pour qu’elle conserve son caractère de « gare de village » et il faut reconnaître que le résultat est au rendez-vous.
- Il y a ensuite la construction du nouvel immeuble à la place de l’ancien cabinet médical (que j’ai déjà évoqué).
- Et puis, l’ouverture de la supérette dans la halle totalement rénovée devrait intervenir en avril. Elle jouera le rôle de locomotive. Contrairement à certaines affirmations, plusieurs petits commerces vont d’étendre ou s’ouvrir à proximité. Ce qui est sûr, c’est qu’il nous faut mettre un terme à une situation inacceptable, avec plus de 90 % d’évasion commerciale à La Frette.
Avec la supérette, on disposera d’un service de livraison à domicile et il y aura aussi un transport par minibus.
- Enfin, notre marché forain (que nous voulons préserver et développer) est installé depuis le 15 septembre sur le parking de la poste. Malgré tout ce que l’on a pu dire, le bilan de ce transfert s’avère globalement positif. Mais on sait qu’il est toujours difficile de changer les habitudes.
- J’ajoute que la place et le centre gare vont faire l’objet d’une requalification pour aménager le stationnement, renouveler l’éclairage public ainsi que le mobilier urbain (qui ont besoin d’un lifting). Un groupe de travail s’occupe de ce dossier et le comité consultatif environnement et cadre de vie sera très vite associé à la réflexion.

Sur un autre plan, mais cela concerne aussi la qualité de vie, nous poursuivrons en 2012 notre effort en matière de voirie. Après avoir terminé la rue du Général Alaurent (Cormeilles va-t-elle prendre le relais ?) et refait une partie de la rue du Petit Pont en 2011, nous nous occuperons de la rue de la Grande Côte (coût estimé 137 000 €) et nous lancerons la première phase des travaux de la rue Aristide Briand (coût estimé 290 000 €), des réfections diverses seront également effectuées pour 100 000 €.

Au total, et grâce aussi aux fonds de concours obtenus de la communauté d’agglomération (que je remercie), c’est quand même un budget de près de 530 000 € qui devrait être consacré à nos rues qui en ont grand besoin. L’état de la voirie est, partout, un sujet sensible et j’ai noté qu’à Cormeilles la rue Guy Patin attend d’être refaite depuis 52 ans !

Un mot de nos finances communales : dans les temps difficiles que nous connaissons, les Frettois peuvent, au moins, être rassurés au plan local car tous les indicateurs sont au vert. Vous me pardonnerez d’être un peu technique et de vous donner quelques chiffres. Pour la 7ème année consécutive, nous avons poursuivi notre politique de désendettement. Au 31 décembre 2011, la dette par habitant s’élève à 635 €. Elle était de 910 € en 2005. C’est le montant le plus bas depuis 25 ans.
Il faut souligner, aussi, que la dette de la commune est constituée pour 97 % par des emprunts à taux fixe, et nous n’avons souscrit aucun emprunt dit toxique. Grâce à la bonne maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, nous avons réussi à dégager en 2011 un autofinancement de 730 000 €, en augmentation de 43 % sur 2010. Au final, la diminution de la dette et l’augmentation de l’autofinancement nous ont permis d’engager un programme d’investissement d’un niveau tout à fait exceptionnel, historiquement jamais atteint.
Et ceci, alors que les taux des impôts locaux sont restés stables pour la 10ème année consécutive. Et nous allons continuer, puisque je vais proposer au conseil municipal de maintenir les mêmes taux pour 2012.
Il me reste à évoquer notre intercommunalité : le passage de la communauté de communes à la communauté d’agglomération s’est déroulé dans d’excellentes conditions, mais il se trouve impacté par la mise en œuvre de la loi du 16 décembre 2010 sur la réforme territoriale.

Dans le cadre de cette loi, il nous a été imposé de revoir le périmètre de notre interco, et j’ai regretté le manque de concertation de la part de l’Etat. Et je n’ai pas changé d’avis. Le schéma qui a été retenu par le préfet, avec l’approbation de la CDCI, prévoit l’arrivée de quatre nouvelles villes, Bessancourt, Taverny, Sannois et Franconville, ce qui nous fait tout de même passer de 90 000 à 180 000 habitants. C’est beaucoup, mais plus raisonnable que la superstructure de 268 000 habitants envisagée au départ par le préfet du Val d’Oise. Nous restons très attachés à la proximité avec les administrés. Nous pensons aussi qu’il ne faut pas précipiter les choses et qu’il convient d’étudier de façon très approfondie les modalités d’intégration des nouveaux membres.

Nous serons très attentifs au respect des protocoles d’accord signés par les six puis les dix maires ; et notamment, sur le plan de la gouvernance où, à l’horizon de 2014, il faudra veiller à assurer le maximum de représentation possible aux plus petites villes (cela ne vous étonnera pas !). En tout cas, j’invite mes collègues actuels et futurs du Parisis à s’inspirer de cette belle citation de Paul Valéry : « Mettons ce que nous avons de meilleur en commun et enrichissons-nous de nos mutuelles différences. »


>  Dans la même rubrique  <
Défilé de l’Union Départementale des Anciens Combattants  |  La circulation est redevenue normale sur la RD 392  |  Circulation provisoire - Sente du Viaduc  |  Résultats du 2ème tour des élections législatives  |  Remise en service du Passeur à La Frette  |  Election Présidentielle 2012 - Résultats 2ème tour
 
 Conception & réalisation F.Ghisleri ©  Copyright - Ville de La Frette-sur-Seine - 2002/2015