Du nouveau pour l’antenne de Synérail

,

Lors de sa dernière réunion, le Conseil municipal a approuvé à la quasi unanimité (20 voix pour, 1 contre et 3 abstentions) un protocole d’accord entre la municipalité, SNCF Réseau et Synérail. Comme nous le souhaitions, le préfet sera également signataire et garant de son contenu.

A cause des méthodes inacceptables de Synérail (dispensée de toute autorisation d’urbanisme), ce dossier a perturbé trop longtemps notre vie locale.

Nous ne voulions pas que l’installation du GSM-R se fasse dans n’importe quelles conditions et sans garanties. La municipalité a mené un combat déterminé avec le soutien de la population et des associations. J’ai pris ainsi de multiples arrêtés pour interdire les travaux place de la Gare, mais ils ont été suspendus par le tribunal administratif.

Pour sortir d’un contentieux judiciaire à répétition (et qui coûte très cher à la commune …), le préfet a réuni à ma demande toutes les parties prenantes pour trouver une solution transactionnelle qui est la suivante :

- L’antenne définitive ne sera pas installée, comme le voulait Synérail, place de la Gare sur une parcelle classée « élément remarquable » dans le PLU,
- Une antenne provisoire sera mise en place sur ce même site, pour une durée limitée,
- Le choix très rapide du site définitif avec deux hypothèses : un treillis de 20 m de haut sur le parking de la Poste ou un « pylône arbre » de 12 m, rue Gambetta.

Le Conseil, à une très large majorité également, a marqué sa préférence pour la rue Gambetta. Il l’a fait compte tenu des garanties obtenues sur l’insertion paysagère, l’absence de tout opérateur de téléphonie mobile et l’assurance d’une hauteur maximale de 12 mètres.

Dans cette affaire, il n’y a pas de solution idéale et l’on se doit de choisir l’implantation qui présente le moins d’impact pour notre ville.


Maurice CHEVIGNY
Maire de La Frette,
Vice président de la Communauté d’agglomération du Parisis